Foire aux questions Trouver la réponse à toutes vos questions sur la 5G

La 5G en bref

5G est l’abréviation de cinquième génération de réseaux de télécommunications mobiles. La 5G prendra la succession de la 4G ou l’actuelle quatrième génération de réseaux de télécommunications mobiles. Cette cinquième génération nous permet d'étendre les capacités des réseaux actuels de quatrième génération.

Les diverses recherches scientifiques internationales montrent systématiquement qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter, et ce, pour les raisons suivantes :

  • Il n'existe aucune preuve scientifique convaincante que le rayonnement 5G a un impact sur la santé.
  • Les progrès technologiques ne font que réduire l'intensité des rayonnements.
  • Les limites de rayonnement imposées au réseau 5G en Belgique sont très strictes.

La 5G représente une grande amélioration par rapport à la 4G. Elle est notamment plus rapide, plus stable et plus économe en énergie, ce qui plaît à beaucoup de gens. Mais la 5G est aussi une nouvelle technologie, et l’on n’aime pas ce que l’on ne connaît pas. Lorsque la 5G sera bien établie et que ses avantages seront clairement établis, elle aura davantage de partisans.

    • La 5G est plus rapide que la 4G.
    • Une capacité supplémentaire est ajoutée en raison de l’utilisation de spectre supplémentaire dans les bandes 700 MHz et 3600 MHz, cette capacité supplémentaire permet de faciliter de nouvelles applications deviennent possibles.
    • Il y a un temps de réaction plus court, au niveau de la milliseconde, de sorte que vous obtenez plus rapidement une réponse à vos données envoyées.
    • Le réseau peut accueillir plus d’utilisateurs en même temps.
    • Les connexions seront plus stables et plus fiables.
    • Il est possible de connecter davantage d’objets différents, tels que des capteurs.
    • Il est plus facile de connecter entre eux des appareils sans fil.

D’abord, nos réseaux 4G commencent à saturer du seul fait de l'utilisation croissante de données par nos smartphones. En outre, grâce à ses caractéristiques supplémentaires, la 5G rendra possibles de nombreuses nouvelles applications. Ces applications se situeront principalement sur le marché des entreprises, mais le citoyen moyen en bénéficiera également, au moins indirectement, il suffit de penser à l'utilisation de la 5G par les services d'urgence.

La 5G ouvre la voie à une augmentation significative de la capacité des réseaux mobiles, permettant ainsi de faire face à l'augmentation du volume de données consommé par les utilisateurs de smartphones La 5G offre également un certain nombre de possibilités supplémentaires, comme un pic de capacité extrêmement élevé dans des cas spécifiques, ou des réglages de réseau spécifiques pour l’internet des objets, ou, enfin, des configurations concrètes pour des connexions très fiables.

Les réseaux 4G sont plutôt performants pour les utilisateurs de smartphones. La 5G va tout d’abord renforcer les réseaux 4G afin de répondre à la demande croissante de volume de données. En outre, la 5G peut être mise à profit dans différents nouveaux domaines, que nous pourrons donc appeler « smart ». À l’instar de votre smartphone qui offre bien plus de possibilités que simplement téléphoner, l’on s’attend à ce que différents secteurs puissent également innover davantage en utilisant la 5G. En voici quelques exemples :

Pour l’environnement :

  • surveiller la qualité de l’air via des capteurs de particules fines;
  • faire un usage économique de l'eau dans l’agriculture grâce à l'utilisation de capteurs;

Dans les villes intelligentes :

  • gérer les flux de circulation;
  • indiquer les places de stationnement disponibles;

Pour les entreprises :

  • déployer des grues automatiques dans les ports;
  • automatiser sans fil des processus d’assemblage;

La 5G utilise des ondes radio, une forme de rayonnement électromagnétique. Les radiofréquences plus faibles de la 5G (entre 700 MHz et 3800 MHz) sont comparables aux fréquences utilisées par les réseaux de communication sans fil existants (entre 800 MHz et 2700 MHz).

Les normes actuelles appliquées en Belgique en matière d’intensité de l’exposition aux radiofréquences (et qui devront être respectées) sont très strictes avec pour but un niveau de protection très élevé contre les effets potentiellement nocifs sur la santé.

Les normes actuelles utilisées en Belgique sont en effet plus strictes que la norme internationale. Vu les normes d’émission très strictes imposées en Belgique, la protection des personnes reste très élevée, même avec l’introduction de la 5G.

L’utilisation des radiofréquences plus élevées (la plage de 26 GHz), sur lesquelles les recherches scientifiques sont encore insuffisantes, ne sera provisoirement pas autorisée en Belgique.

Empreinte écologique

Il n'existe aucune preuve scientifiquement fiable que les champs électromagnétiques haute fréquence inférieurs aux valeurs légales présentent un danger pour les animaux et les plantes. Le seul effet connu du rayonnement 5G est le réchauffement par absorption d'énergie, mais cet effet est si faible qu'il n'a aucun impact biologique sur les êtres vivants.

Santé

L'impact sanitaire des fréquences radio - et donc des rayonnements mobiles - est étudié scientifiquement depuis plus de 25 ans. Des institutions nationales et internationales, telles que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), s'accordent à dire que les rayonnements mobiles inférieurs aux seuils recommandés n'ont aucun impact avéré sur la santé.

Le rayonnement 5G relève de la catégorie des rayonnements « non ionisants », ce qui signifie que ce type de rayonnement est trop faible pour briser les liaisons chimiques. En d'autres termes, il n'a aucun effet avéré sur les humains ou les animaux. Le WiFi, la radio FM et le rayonnement des câbles électriques entrent également dans cette catégorie des rayonnements non ionisants.

Les experts internationaux n'ont pas pu établir d'effets démontrables sur la santé à partir des milliers d'études scientifiques concernant le rayonnement 5G. Le rayonnement électromagnétique a tout au plus un effet thermique, mais aucun effet biologique.

La 5G utilise des ondes radio, une forme de rayonnement électromagnétique. Les radiofréquences plus faibles de la 5G (entre 700 MHz et 3800 MHz) sont comparables aux fréquences utilisées par les réseaux de communication sans fil existants (entre 800 MHz et 2700 MHz).

Les normes actuelles appliquées en Belgique en matière d’intensité de l’exposition aux radiofréquences (et qui devront être respectées) sont très strictes avec pour but un niveau de protection très élevé contre les effets potentiellement nocifs sur la santé.

Les normes actuelles utilisées en Belgique sont en effet plus strictes que la norme internationale. Vu les normes d’émission très strictes imposées en Belgique, la protection des personnes reste très élevée, même avec l’introduction de la 5G.

L’utilisation des radiofréquences plus élevées (la plage de 26 GHz), sur lesquelles les recherches scientifiques sont encore insuffisantes, ne sera provisoirement pas autorisée en Belgique.

De très nombreuses recherches ont été menées sur les conséquences du rayonnement des antennes et téléphones mobiles à l’occasion de l’introduction des technologies 2G, 3G et 4G. Dans un avis, Sciensano a confirmé que les risques sur la santé peuvent être évalués sur la base de recherches existantes effectuées sur des fréquences comparables à celles de la technologie 5G, à savoir les bandes de fréquences les plus basses, 700 MHz et 3600 MHz.
Ces recherches existantes indiquent que ce rayonnement (700 MHz et 3600 MHz) n’a pas d’effet nocif démontrable sur la santé si l'intensité du rayonnement reste inférieure aux limites d'exposition, quelle que soit la technologie d’où provient le rayonnement. Pour les bandes de fréquences plus élevées, cependant, les preuves scientifiques sont encore insuffisantes pour tirer des conclusions.

Technologie

La 5G n'est fondamentalement pas différente de la technologie 4G : dans les deux cas, il s’agit d’envoyer et de recevoir des données sans fil, par ondes radio.

La 5G permet une plus grande capacité car cette technologie fonctionne plus efficacement d'une part, et utilise également de nouvelles bandes de fréquences d'autre part. Dans une première phase, il s'agira de bandes comprises entre 3400 MHz et 3800 MHz.

Grâce à l’utilisation d’un grand nombre de fréquences supplémentaires dans de nouvelles bandes de fréquences, davantage de données peuvent être envoyées.

La 5G enverra ces signaux de manière plus ciblée et plus efficace, grâce à des antennes spécifiques, dites « intelligentes », qui concentrent le rayonnement principalement dans la direction de l’utilisateur souhaité.

On peut constater une légère augmentation de l'exposition totale aux ondes radio en Belgique lorsque la 5G vient s’ajouter à un réseau existant, mais cette exposition au rayonnement de la 5G reste bien inférieure aux normes légales. Il existe en outre une différence importante entre la 5G et la 4G : une antenne 5G intelligente n'émet pas dans toutes les directions comme le fait une antenne 4G, mais uniquement vers les utilisateurs actifs.

Les fréquences de la 5G sont à peu près identiques à celles de la 3G et de la 4G, sauf que la 5G possède en plus une fréquence très élevée. Les hautes fréquences ne diffusant pas aussi loin que les basses, des antennes 5G plus performantes sont nécessaires. Mais il s'agira principalement d'antennes plus petites, avec un moindre rayonnement individuel. Un mât 5G fonctionne par ailleurs beaucoup mieux que les antennes existantes et s’avère beaucoup plus économe en énergie.

Les réseaux 5G offrent une meilleure protection des données échangées, notamment grâce à des protocoles de sécurité améliorés. Les risques pour la vie privée sont principalement liés à l'utilisation des réseaux et non au fonctionnement des réseaux proprement dits. Ces risques sont similaires pour les différents types de réseaux (4G, 5G, fibre, câble...). Il est par contre tout aussi important de prendre conscience du contenu échangé via toutes sortes d'applications et d'objets « connectés » qui échangent des données personnelles sur les réseaux. Ce sont ces objets qui représentent le plus grand risque pour la vie privée.

Toutes les antennes 5G, comme les antennes 2G, 3G et 4G, doivent respecter les limites internationales d'exposition aux rayonnements électromagnétiques. La somme totale de tous les rayonnements électromagnétiques ne peut en aucun cas dépasser ces limites.

Sur le plan radiotechnique, la 5G est en réalité une évolution de la 4G.

Outre les bandes de fréquences supplémentaires pour la 5G à 700 MHz et 3600 MHz, un certain nombre de nouveaux éléments seront également introduits comme des antennes intelligentes actives ou encore le mode veille des appareils de sorte que la 5G puisse utiliser ce rayonnement électromagnétique afin que les données puissent être envoyées de manière plus rapide, plus efficace et plus économe en énergie.

La capacité d'un réseau 5G est beaucoup plus élevée que celle de la 4G. Pour atteindre cette capacité supérieure, la 5G utilise davantage de spectre et des fréquences plus élevées, ce qui permet un traitement plus rapide des données. La 5G peut donc offrir une solution à la consommation croissante de données et empêcher la saturation du réseau 4G. Indépendamment de la technologie, la consommation de données a de toute manière enregistré une croissance exponentielle ces dernières années.

Comme le rayonnement 2G, 3G et 4G, le rayonnement 5G est un rayonnement par radiofréquences ou ondes radio. On retrouve ce rayonnement notamment dans la radio ou la télévision, le Wi-Fi et les télécommandes. Les rayonnements utilisés dans les télécommunications sont non ionisants, c’est-à-dire qu’ils ne possèdent pas suffisamment d’énergie pour endommager l’ADN de nos cellules et ainsi provoquer des cancers.

Société

Vous avez besoin d'un appareil qui soit compatible avec le réseau 5G. Si votre appareil n'est pas compatible avec la 5G, il ne sera pas en mesure de détecter le réseau 5G.

Vous aurez tout d’abord besoin d'un smartphone compatible 5G. Cet appareil se réglera automatiquement sur la 5G pour l'internet mobile si votre opérateur propose la 5G dans votre région.

Le 14 juillet 2020, les opérateurs Cegeka, Entropia, Orange, Proximus et Telenet se sont vu attribuer des droits d’utilisation provisoires de la 5G par l’IBPT (Institut belge des services postaux et des télécommunications). Ces droits d’utilisation provisoires permettent aux opérateurs de réaliser les premiers développements de la 5G en Belgique. En tant qu'autorité réglementaire, l’IBPT doit veiller à ce que ces assignations de fréquences radioélectriques prévues, qui sont imposées par l’Europe, soient organisées en Belgique. L’IBPT assigne ces bandes aux opérateurs en vue d’une utilisation optimale du spectre radioélectrique. Les opérateurs peuvent ainsi proposer différents services mobiles tant aux utilisateurs professionnels que résidentiels.

Cegeka et Entropia se sont entre-temps retirés. Cegeka a cependant acheté deux opérateurs, Citymesh et Gridmax, qui disposent d’une partie du spectre 5G entre 3400 MH et 3600 MHz en vertu de droits d’utilisation attribués précédemment.

Historique et situation actuelle

La 5G est déjà disponible, notamment chez Proximus, dans l'ancienne bande 3G à 2 100 MHz. Des licences provisoires ont également déjà été attribuées dans la bande 3 600-3 800 MHz, permettant aux opérateurs d'exploiter commercialement la 5G en Belgique.

Actuellement, les opérateurs de téléphonie mobile en Belgique effectuent des tests avec des antennes 5G. Quelques communes ont déjà déployé une 5G Light, qui consiste à convertir certaines antennes 3G ou 4G à la 5G. Les performances de cette 5G Light n’offrent pas les mêmes possibilités que la 5G. Les principales innovations de la 5G, telles que les antennes intelligentes et du spectre supplémentaire, n'ont en effet pas encore été introduites. Les opérateurs peuvent déjà utiliser la technologie 5G avec leurs licences (4G) existantes conformément au principe de la neutralité technologique.

Après que le Conseil des ministres fédéral a approuvé les arrêtés royaux et le projet de loi pour la mise aux enchères de droits 5G, le Comité de concertation (l’organisme au sein duquel l’État fédéral et les entités fédérées se concertent concernant des matières pour lesquelles ils partagent la compétence) a également donné son accord final le 24 novembre 2021. L’IBPT prévoit la mise aux enchères pour le deuxième trimestre 2022. Dès que les opérateurs auront acquis les droits d’utilisation pour le spectre radioélectrique 5G, ils pourront en débuter le développement et demander les autorisations nécessaires aux Régions pour installer et exploiter leurs mâts et antennes.