La 5G en bref 5G, la dernière génération de réseaux mobiles

5G est le nom donné à la cinquième génération de réseaux de télécommunications mobiles. Cette technologie prendra la succession de la 4G , la quatrième génération de réseaux de télécommunications mobiles.

5G Smartphone

5G est le nom donné à la cinquième génération de réseaux de télécommunications mobiles. Cette technologie prendra la succession de la 4G , la quatrième génération de réseaux de télécommunications mobiles.

Tant pour la 4G que pour la 5G, il s’agit d’émettre et de recevoir des données sans fil par ondes radio. Sauf que la 5G le fait de manière beaucoup plus efficace, en calculant le rayonnement nécessaire avec une plus grande précision afin qu’il soit envoyé dans la direction de l’utilisateur souhaité. De plus, la 5G étend considérablement les possibilités des réseaux existants.

Comment fonctionne la 5G ?

La première génération de réseaux mobiles accessibles au grand public (2G) est née dans les années 90. Une nouvelle génération plus performante voit le jour tous les dix ans environ. Vous pouvez donc considérer la nouvelle génération comme une mise à jour de la précédente. Ces mises à jour sont nécessaires pour pouvoir développer et implémenter de nouvelles applications et de nouveaux services. Nous sommes ainsi passés de la voix (2G) aux données (3G), puis à la vidéo (4G).

Chaque nouvelle génération comprend notamment les améliorations suivantes :

  • des performances optimisées en matière de vitesse de transmission et de consommation d’énergie ;
  • un échange plus efficace de signaux entre l’antenne et le téléphone/l’appareil sans fil ;
  • la mise en service de nouvelles bandes de fréquences radio sur lesquelles les nouveaux signaux sans fil sont émis ;
  • des adaptations du réseau qui favorisent les connexions avec les serveurs et les applications sans fil.

En fait, la 5G ne diffère pas de la technologie 4G : dans les deux cas, il s’agit d’envoyer et de recevoir des données sans fil par ondes radio. Mais la 5G accroît les capacités des réseaux, d’une part parce que cette technologie est plus efficace, d’autre part parce qu’elle utilise de nouvelles bandes de fréquences.

Dans une première phase, ces bandes se situeront à 700 MHz et 3 600 MHz. Comme un grand nombre de fréquences supplémentaires seront utilisées dans les nouvelles bandes de fréquences radio, il sera possible d’envoyer davantage de données. La 5G va également émettre ces signaux de manière plus ciblée et plus efficace grâce à des antennes spécifiques, dites « intelligentes », qui regroupent les rayons en direction de l’utilisateur souhaité. Les antennes actuelles fonctionnent comme des projecteurs : elles éclairent une vaste zone, mais gaspillent ainsi beaucoup de signaux.

En outre, la 5G présente une latence – le retard dans la communication entre l’émetteur et le récepteur – plus faible. Cela implique que deux appareils pourront s’échanger des données plus rapidement. Dans la 5G, la latence ne dépasse pas 1 milliseconde, alors qu’elle atteint 50 millisecondes dans un réseau 4G.

Un autre avantage de la 5G est la possibilité de connecter un plus grand nombre d’appareils dans la même zone géographique : la 4G peut accueillir environ 4 000 appareils par kilomètre carré, alors qu’il est possible de connecter environ 1 million d’appareils avec la 5G.

La 5G utilise également le « MIMO massif », abréviation de « multiple input and multiple output ». Cette technologie fait appel à plusieurs faisceaux ciblés pour tracer et suivre les utilisateurs. Elle améliore la couverture, la vitesse et la capacité de l’Internet.

Quels sont les avantages de la 5G par rapport à la 4G ?

La 5G s’inscrit dans le prolongement de la 4G. Mais quelles améliorations concrètes cette nouvelle évolution offre-t-elle ? Un petit aperçu :

Vaste éventail d’applications

Dans un premier temps, la 5G va renforcer les réseaux 4G existants. Ce sera nécessaire pour répondre à la demande croissante de volume de données des utilisateurs de smartphones. Mais ce n’est pas tout.

La 5G permettra de poursuivre le développement de la communication machine-to-machine (M2M) et de l’Internet des Objets (IoT ou Internet of Things). Et cela ouvre des perspectives non négligeables :

5g voor het milieu

Pour l’environnement :

  • des compteurs de particules fines surveillent en temps réel la qualité de l’air ;
  • des capteurs permettent une gestion plus intelligente de l’eau et donc des économies ;
5g in slimme steden

Dans les villes intelligentes :

  • une meilleure gestion des flux de circulation réduit les embouteillages ;
  • les automobilistes seront immédiatement guidés vers des places de stationnement disponibles ;
5g voor ondernemingen

Pour les entreprises :

  • des grues électroniques pourront être déployées dans les ports ;
  • une automatisation sans fil sera possible dans les chaînes d’assemblage ;

Comment les villes intelligentes peuvent-elles créer de nouvelles opportunités économiques ?

De plus en plus de villes deviennent « intelligentes », en réponse aux défis auxquels le monde est actuellement confronté. Les villes intelligentes créent des opportunités pour différents secteurs et diverses entreprises. Cette étude examine certaines de ces opportunités.

L’Europe s’engage dans la 5G

L’Europe mise pleinement sur l’innovation et la transformation numérique, des domaines où la 5G est appelée à jouer un rôle crucial.

En 2016, la Commission européenne a adopté le Plan d’action pour la 5G en Europe afin de promouvoir un déploiement rapide de l’infrastructure 5G dans toute l’Europe. L’objectif était d’amorcer le lancement de services 5G dans tous les États membres de l’UE au plus tard fin 2020. Le processus va ensuite s’accélérer pour atteindre une couverture 5G ininterrompue dans les zones urbaines et le long des principaux axes de transport en 2025.

Les objectifs :

  • Les écoles, les hôpitaux et les nœuds de transport doivent disposer d’une connectivité en gigabit ;
  • Toutes les zones urbaines et les principaux axes de transport du pays doivent disposer d’une couverture 5G ininterrompue ;
  • Tous les ménages européens doivent avoir accès à une connectivité d’au moins 100 Mbit/sec.
  • Ces objectifs ont été affinés par une communication de la Commission européenne intitulée : « Une boussole numérique pour 2030 : l’Europe balise la décennie numérique ». Pour 2030, la CE prévoit notamment un déploiement paneuropéen de corridors 5G pour les opérations numériques avancées dans le secteur ferroviaire et pour une mobilité connectée et automatisée contribuant à la sécurité routière et à la réalisation des objectifs du pacte vert. De plus, tous les ménages européens seront couverts par un réseau en gigabit, toutes les zones habitées étant couvertes par la 5G.

Le Code européen des communications électroniques, que la Belgique a également approuvé, impose aux États membres un calendrier concret pour l’introduction de la 5G. Ce calendrier est contraignant. L’échéance pour la mise à disposition de la bande de fréquences radio de 700 MHz a expiré fin juin 2020. La mise aux enchères des droits d’utilisation de l’autre bande de fréquences radio importante pour la 5G – 3,6 GHz – devait être bouclée au plus tard le 31 décembre 2020.

Où en est la Belgique dans le déploiement de la 5G ?

Le 22 janvier 2021, le Conseil des ministres fédéral a approuvé une série d’arrêtés royaux et un projet de loi qui ouvre la voie à la mise aux enchères des droits de la 5G en Belgique. Le Comité de concertation, l’organisme au sein duquel l’État fédéral et les entités fédérées se concertent concernant des matières pour lesquelles ils partagent la compétence, a entre-temps approuvé les textes. Actuellement, la mise aux enchères est prévue pour juin 2022.

Entre-temps, les opérateurs de téléphonie mobile en Belgique mènent déjà des tests sur des antennes 5G. Une 5G Light a été déployée dans certaines communes où des antennes 3G et 4 ont été converties à la 5G avec des possibilités limitées. Conformément au principe de neutralité technologique, les opérateurs peuvent déjà utiliser la technologie 5G avec leurs licences (4G) existantes.

Une véritable expérience de la 5G ?

Télécharger intégralement de films et des vidéos en une minute. Utiliser simultanément différents services de streaming comme Netflix et Spotify sans retard ou perturbations. Jouer à plusieurs en temps réel et sans limitation, chatter et communiquer… Autant de services que le réseau 5G offre à l’utilisateur particulier.

Si vous voulez vraiment faire l’expérience de la 5G, vous devez vous rendre dans un des 60 pays où la 5G a déjà été déployée. Et ce nombre ne cesse de s’accroître. Attention : pour pouvoir utiliser la 5G, vous aurez besoin d’un smartphone compatible avec le réseau 5G.

Les opérateurs de téléphonie mobile belges mènent actuellement des tests avec des antennes 5G. Une 5G Light a déjà été déployée dans quelques communes : elle consiste à convertir certaines antennes 3G et 4G à la 5G. Attention cependant : la 5G Light n’offre pas les mêmes possibilités que la « vraie » 5G. Elle n’inclut ni les antennes intelligentes ni le spectre supplémentaire.

La 5G est-elle dangereuse pour notre santé ?

Tout comme la 3G et la 4G, la 5G fonctionne avec des ondes radio, et les ondes radio sont des rayonnements électromagnétiques. Ces rayonnements transmettent de l’énergie aux êtres humains et aux animaux. Leurs corps absorbent une partie de cette énergie, et donc de la chaleur.

Les fréquences radio actuellement prévues pour la 5G – entre 700 MHz et 3 800 MHz – sont comparables aux fréquences radio utilisées par les réseaux de communication sans fil actuels, entre 800 MHz et 2 700 MHz.

Les normes qu’appliquent les Régions en matière d’intensité de l’exposition aux fréquences radio sont très strictes, et nettement plus sévères que les normes internationales. L’objectif est de garantir un haut niveau de protection afin qu’il n’y ait pas de danger pour la santé.

Les rayonnements 5G ne sont-ils donc pas dangereux ? Les rayons électromagnétiques émis pour téléphoner et surfer sur Internet sont des ondes radio. Ce sont des radiations non ionisantes qui n’ont pas une énergie suffisante pour détériorer l’ADN des cellules (au contraire d’une exposition aux UV ou ultraviolets du soleil, par exemple). Si leur intensité est élevée, elles peuvent entraîner un échauffement des tissus qui pourraient être préjudiciables à notre santé, mais les limites d’exposition fixées nous protègent de ces effets thermiques.