Revue de littérature Revue de littérature concernant des études scientifiques sur les effets de la 5G

Webp net resizeimage

Rendre la recherche scientifique compréhensible

Lors de l’introduction de nouvelles technologies telles que la 5G, la sécurité et la santé des citoyens sont les priorités. C’est pourquoi les instances scientifiques étudient et évaluent en profondeur les risques et les effets possibles sur la santé. Chez Sciensano, nous menons tous les 3 mois une revue de la littérature parue au cours de cette période concernant les effets de la 5G et des radiofréquences (RF) dans leur ensemble sur la santé. Elle peut ensuite servir de source d’informations pour les décideurs dans l’instauration de mesures appropriées en cas d’impact manifeste sur la santé.

Dans ce rapport, nous essayons de présenter les résultats de cette revue de littérature d’une manière plus compréhensible mais tout en restant nuancée. Des articles scientifiques tels que ceux parus dans la littérature spécialisée sont souvent très inaccessibles pour le grand public. Il en découle souvent une désinformation et une inquiétude inutile sur un sujet en particulier. De cette manière, nous essayons donc de mettre en lumière ce qui ressort des études scientifiques. Lors de la discussion portant sur les publications sur Parlons5G, une attention particulière est donc portée aux critères de qualité des études scientifiques.

Quelles sont les études discutées ?

Pour ce faire, nous allons utiliser un certain nombre de critères. Le premier concerne la période de publication, trimestre par trimestre.

Nous examinerons les études originales publiées dans des revues scientifiques soumises à un processus d’évaluation par des pairs. Dans un tel processus, le manuscrit de l’étude est évalué et critiqué avant publication par des scientifiques ayant une expertise similaire, de sorte qu’il puisse être amélioré. Sur cette base, l’éditeur peut décider de publier ou non le manuscrit. Il s’agit d’une étape importante dans le contrôle de la qualité d’une étude et permet des discussions entre scientifiques. Cependant, cela n'offre pas une garantie absolue.

En outre, nous nous concentrons aussi sur des publications qui mettent l’accent sur les effets possibles sur la santé dans des conditions d’exposition comparables à l’exposition quotidienne, donc pas sur des études dans lesquelles les valeurs de rayonnement seraient extrêmement élevées et donc non représentatives d’une exposition quotidienne.

Nous examinons tant les revues que les études expérimentales et épidémiologiques. Mais qu'entend-on par-là ? Pour en savoir plus sur les différentes publications, cliquez ici.

Effets sur la santé

  • Effets des radiofréquences sur la santé

Lorsque l’on parle des effets des RF sur la santé, il est important de souligner qu’elles ont été classées comme « peut-être cancérogènes » par le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) sur la base d’un lien possible entre un certain type de cancer du cerveau et une utilisation intensive du GSM (CIRC, 2011). Cependant, les preuves étaient limitées pour ce type de cancer et insuffisantes pour d’autres types de cancer.

Néanmoins, les effets et cancers neurologiques sont un sujet fréquemment étudié dans les milieux scientifiques. Un autre sujet important est l’impact potentiel sur la reproduction et le développement. Par le passé, différentes études ont déjà rapporté que les RF pourraient avoir un effet néfaste sur la qualité du sperme. Les preuves concernant les effets sur le système reproducteur sont cependant insuffisantes pour pouvoir se prononcer définitivement à ce sujet.

Globalement, les preuves apportées jusqu’à présent ne sont toutefois pas suffisantes pour démontrer que les RF ont un effet sur la santé humaine dans des conditions d’exposition quotidienne.

En 2018, l’OMS a mené, par le biais d’experts, une enquête internationale à grande échelle afin d’identifier les sujets importants autour des effets possibles des RF sur la santé. Les résultats de cette enquête ont été publiés en 2021 (Verbeek et al. 2021). Sur la base des résultats de celle-ci, l’OMS a décidé de commanditer dix grandes revues systématiques de toutes les études disponibles sur un sujet spécifique.

Les thèmes retenus par les experts sont le cancer (chez l’homme et chez l’animal), les effets sur le système reproducteur (chez l’homme et chez l’animal), les troubles cognitifs (études observationnelle et expérimentale), les symptômes (études observationnelle et expérimentale), le stress oxydant (en cas de « stress oxydant», des « espèces réactives de l’oxygène» c’est-à-dire des molécules qui contiennent de l’oxygène et sont très actives chimiquement, sont présentes en quantité trop importante dans nos cellules, ce qui affecte certains processus biologiques pouvant entraîner des dommages aux tissus.) et les effets liés à la température.

La publication de ces revues est attendue dans le courant des deux prochaines années. Elles sont destinées à fournir des indications supplémentaires sur l’existence ou non de ces effets potentiels sur la santé, afin que des décisions puissent être prises concernant l’impact potentiel sur la santé publique, la réglementation et l’identification des domaines qui devraient bénéficier de recherches supplémentaires. Vous trouverez de plus amples informations sur les risques pour la santé ici.

Revue de littérature juillet - septembre 2021

Vu que le nombre d’études portant spécifiquement sur les fréquences 5G est limité et que la désinformation se répand largement sur Internet, il nous semble judicieux de faire un point sur la situation. Où en sont réellement les études scientifiques sur la 5G actuellement ?

Même si la 5G utilise de nombreuses nouvelles technologies, elle repose toujours sur ce qui était utilisé auparavant. Tout comme la 4G et la 3G, la 5G utilise des radiofréquences pour échanger des informations entre une antenne et un appareil, tel qu’un téléphone mobile. Il existe cependant des différences entre ces technologies.

La première différence est la manière dont les appareils se connectent au réseau. Cela se produit par « beamforming » entre l’antenne et l’appareil. Cela signifie que les passants et les personnes qui n’utilisent pas d’appareils 5G seront beaucoup moins exposés à ce rayonnement.

La deuxième grande différence concerne les fréquences utilisées. Pour la 5G, la plupart de ces fréquences se situent dans les mêmes gammes de fréquences que les autres technologies déjà utilisées, telles que la 3G et la 4G, mais également le Wi-Fi. Dès lors, on ne s’attend pas à ce que la 5G interagisse de manière fondamentalement différente sur le corps humain. Seule la bande de fréquences la plus élevée utilisée par la 5G est exclue de cette considération, étant donné qu'elle est plus élevée que ce qui est utilisé actuellement. Les études sur les effets possibles sur la santé résultant de l'exposition à ces fréquences les plus élevées sont limitées. D'autres études sur ce sujet devraient être publiées dans un avenir proche. Pour l’instant, cette bande de fréquences n'est toutefois pas utilisée en Belgique. Étant donné que la 5G fait partie du spectre des RF, nous examinerons également l’impact possible sur la santé des champs de RF en général, tels qu'ils sont également utilisés dans d’autres technologies de communication.

1. Revues

Nous répertorions et commentons ici les articles de revue qui résument l’état actuel des connaissances. Aucun de ces articles ne concerne spécifiquement les fréquences 5G, mais ils traitent du rayonnement électromagnétique des radiofréquences (CEM-RF) en général.

2. Études expérimentales

Au cours du troisième trimestre de 2021, aucune étude expérimentale traitant spécifiquement des fréquences 5G n’est parue. Différentes études traitaient toutefois des radiofréquences en général.